Mener un journal de classe, faire publier les élèves ne sont pas des pratiques pédagogiques nouvelles. Parce qu’il fait partie de l’univers des jeunes, parce qu’il est multimédia, parce qu’il est facile à publier, parce qu’il peut facilement atteindre son public, le blog est un outil qui entr […]

Mars 2009 : La ''Blog Révolution'' touche la classe

Publiée le 01 mars 2009 dans la catégorie Archives

Mener un journal de classe, faire publier les élèves ne sont pas des pratiques pédagogiques nouvelles. Parce qu’il fait partie de l’univers des jeunes, parce qu’il est multimédia, parce qu’il est facile à publier, parce qu’il peut facilement atteindre son public, le blog est un outil qui entre facilement en classe, entre attentes du maître et désirs des élèves…

      De la recette de cuisine au commentaire politique d’actualité, en passant par les réflexions personnelles ou les choix de lectures, le blog offre un espace où chacun, qu’il soit adolescent, artiste ou mère de famille peut décrire ses intérêts, ses activités et inviter à l’échange.
      De nombreux blogs sont aussi réalisés au sein de la classe car les enseignants trouvent là un outil privilégié pour construire un projet, présenter les activités et les productions ou, tout simplement, faire écrire les élèves. Ceux-ci s’emparent de l’outil avec grande facilité et enthousiasme. Encore faut-il en assurer la vie au quotidien et éduquer les élèves aux règles élémentaires de déontologie de la navigation et de l’écriture sur Internet.

Mieux se connaître en tant qu’apprenant

      Pour Mario Asselin, un pionnier québécois des blogs, le blog est avant tout un outil social :« Ma plus grande découverte a été de me rendre compte que publier sur Internet est devenu facile aujourd’hui, même si avec des jeunes, nous avons des précautions à prendre. En Europe actuellement, le niveau d’appropriation des blogues par les jeunes demande de s’intéresser au phénomène au-delà du média qu’il est devenu. À l’école, l’utilisation d’un code de déontologie aide grandement à baliser des usages tous azimuts qui, hors du cadre scolaire, ont fort besoin d’être mieux encadrés pour servir des apprentissages ! Publier sur le Web est à la portée des enfants et des enseignants sans avoir besoin de développer de grandes compétences en informatique. C’est s’ouvrir à une multitude de publics et tabler sur les besoins de contacts sociaux des jeunes en particulier ; par l’Internet (maintenant accessible par un grand nombre de familles), il devient possible de penser rejoindre les gens et de ce fait, contribuer à former une large communauté qui soutient les apprentissages de chacun. Imaginez la réaction d’un jeune homme qui, après avoir rédigé un résumé de lecture, voit débarquer l’auteur du livre en question… Voyez l’ampleur de la conversation qui s’en est suivie…
     Nous utilisons les blogs parce qu’ils sont des outils sociaux. Nous avons observé que les jeunes sont de friands utilisateurs d’environnements qui leur permettent d’interagir avec les autres. Ces espaces d’écriture favorisent une quantité impressionnante de publications où la conversation écrite devient possible par les commentaires. Ce faisant, les gens commentent ce qui est « posté », le fil de nouvelles permet d’informer les abonnés de l’arrivée d’une nouvelle « entrée » (processus de syndication du contenu) et l’environnement multimédia qui en découle permet de nommer ce qui a été appris, ce qui est en train de faire du sens et ce qui constitue les pas à faire pour compléter ce qui est à apprendre ! Ce faisant, nous tentons de permettre à l’élève de mieux se connaître en tant qu’apprenant à l’aide du réseau formé par le rayonnement des abonnements de personnes qui contribuent à lui faire prendre conscience de ce qu’il publie. »

Du blog prof au blog élèves

      Il y a quelques années, François Arnal, professeur d’histoire-géographie au lycée François-Mauriac d’Andrézieux-Bouthéon (42) décidait de confier la gestion d’un blog à ses élèves pour y publier leurs travaux et leurs réflexions. Le passage par l’écriture d’un blog lui a en effet semblé être l’outil le plus adapté à un objectif d’utilisation la plus large et la plus simple possible des TICE. « Je préfère montrer aux élèves ce que peut être ce merveilleux outil de communication plutôt que de porter plainte parce ma photo est sur un “Skyblog” », explique-t-il. Un des premiers débats de l’année en ECJS a d’ailleurs été sur le sujet, plutôt expliquer, dialoguer, responsabiliser que réprimer… 
     Mais il associe ce blog élèves à un blog prof. « Le blog prof est un prolongement de mon activité en classe, déclare-t-il. Je ne peux tout développer, je peux vouloir aller plus loin avec des élèves motivés, ou encore je souhaite ouvrir ma réflexion sur l’extérieur. » Le blog lui permet de faire profiter les élèves de ses productions, de ses archives ou de ses découvertes. « Ce matin par exemple, j’ai découvert le site de la Bibliothèque nationale sur la Bible. Je suis en train de travailler là dessus avec les secondes, je publie… Je suis parfois amené à répondre aux questions de certains élèves. C’est ainsi que j’ai élaboré cette page sur L’Auberge espagnole, un film sur l’identité européenne, une réflexion sur la distance, les territoires… »
     Sur le blog élèves, François Arnal laisse les élèves assez libres de leurs sujets. « Une élève de retour des États-Unis me présente son carnet de voyage et je lui propose de publier. Le contenu n’est pas extraordinaire par son originalité mais ce qui m’intéresse, c’est qu’elle s’approprie quelque chose, qu’elle est fière de le partager. J’assume la banalité dans le blog élève. Je recherche la qualité et l’originalité dans le blog prof mais les deux se complètent. »

Au coeur de la vie de la classe

      Christelle Guillot, professeur de lettres au collège Jacques-Brel de Guérande utilise depuis trois ans un blog pour décrire la vie de la classe. Ce travail très riche a été récompensé par un prix au Ier Forum des enseignants innovants, en mars 2008.
     « Au-delà d’une fonction de valorisation et de mise en lumière du travail de mes élèves, explique-t-elle, ce blog permet une diffusion plus large que les couloirs du collège ou la salle de classe. Il vise aussi à favoriser le dialogue avec les familles qui voient concrètement ce que font leurs enfants et peuvent écouter leurs exposés, lire leurs textes et suivre leurs sorties pédagogiques. »
     « Je les fais travailler dessus sur le temps scolaire, m’inspirant des méthodes québécoises », déclare-t-elle. Les élèves (de la 6e à la 3e) vont en salle multimédia pour l’alimenter, à raison de 2 h tous les 15 jours, qui peuvent tomber en début, milieu ou fin de séquence. « Les élèves sont plus créatifs, ils ont davantage l’occasion de s’exprimer. » En effet, les rubriques sont nombreuses, poèmes, contes, lectures sonores, illustrations, travaux sur le droit à l’image, exposés libres « en trois minutes top chrono », comptes rendus et commentaires de sorties pédagogiques, etc.

     Mais, pour être le formidable outil qu’il peut être, le blog requiert aussi un travail quotidien. « Il faut que le blog soit très souvent mis à jour. Il doit être au coeur de la vie de la classe. Il doit devenir une habitude. Il faut le projeter régulièrement via le vidéo-projecteur sur les murs de la classe. Le professeur ou les élèves doivent donc y aller tous les jours pour l’alimenter en articles ou en commentaires. »

Bloguer pour éduquer à internet

      Depuis trois ans, Christelle Membrey, professeur de français au collège Louis-Aragon de Chatenoy-le-Royal, anime un atelier scolaire hebdomadaire d’éducation aux médias sur les usages de la toile. Les travaux sont reportés dans un blog thématique qui a valu à C. Membrey de nombreuses citations et qui a été récompensé par un prix au Ier Forum des enseignants innovants.
     Sur ce blog, les élèves échangent sur leurs pratiques, proposent et écrivent des articles, lisent les commentaires laissés par les visiteurs, leur répondent. Entre chaque atelier, les élèves travaillent individuellement ou en groupe pour préparer leurs articles. Les sujets traités couvrent un grand nombre de questions liées aux usages d’Internet : respect du droit d’auteur, règles de politesse, débat autour du jeu Habbo sont quelques-uns des derniers thèmes traités.
     L’atelier permet par les échanges de briser la solitude des collégiens face à l’écran. Parler des activités internautes facilite souvent une prise de conscience des dangers et des mauvaises pratiques. Pour certains élèves, l’atelier est aussi un lieu de reconnaissance de compétences souvent ignorées dans le cadre plus figé des cours, aptitudes en informatique ou encore capacités à transmettre, expliquer, communiquer. Il l’est d’autant plus que l’entrée dans la blogosphère apporte retours et encouragements de l’extérieur, de la part d’anonymes comme de blogueurs reconnus. Le billet écrit par l’ancien co-fondateur de Google France a ainsi été un fait déterminant pour le groupe d’élèves, une prise de conscience sur le regard exigeant des lecteurs. En créant et alimentant un blog sur les usages d’Internet, les élèves se frottent aussi à l’élaboration de leur propre identité numérique.

Article paru dans ''Mon Guide pour Réussir à l'Ecole'' - Editions FABERT 2008/2009
Reproduit avec l'autorisation du Café Pédagogique.

POUR APPROFONDIR

Sur le site du Café pédagogique

Un premier répertoire de blog éducatifs
www.cafe-leblog.net/index.php?2005/11/02/

25-petit-repertoire-des-blogs-educatifs

Un entretien avec François Arnal, professeur d’histoire-géographie
www.cafepedagogique.net/lemensuel/laclasse/
Pages/2005/pratiques_68_Undeuxtroisblogs.aspx


Le projet de Christelle Membrey
www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/2008/
93_rennes2008_membrey2.aspx


Le blog de Christelle Guillot
www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/
2008/93_Rennes2008_lesmotsalabouche.aspx


Sur d’autres sites

Les blogs et les enseignants de langues
http://www.francparler.org/parcours/blogs_applications.htm

Réalisé en partenariat entre le Clemi et l’académie de Versailles, un « blog notes » pour une approche citoyenne
http://www.clemi.ac-versailles.fr/spip.php?article100

Nous suivre sur nos espaces sociaux

Un conseiller d’orientation FABERT vous contactera dans les plus brefs délais pour répondre à vos questions et, si vous le souhaitez, organiser un rendez-vous dans un Centre FABERT. Du lundi au samedi de 9h30 à 18h00.



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et autres traceurs présents sur ce site dans le but de réaliser des statistiques de visitesEn savoir plusFermer